L’Annexe, Centre d’art des Rives

annexe (4)

Ouverte en 2007, l’annexe est un centre d’art municipal logé en plein cœur du jardin des Rives de Saint Avertin.

Le lieu se veut, avant tout, un espace d’exposition qui promeut des créateurs de tous horizons : peintres, sculpteurs, photographes, architectes sont accueillis le temps d’un mois environ.
C’est dans un esprit d’expérimentation artistique que l’Annexe souhaite faire découvrir, véhiculer et transmettre. En effet, la galerie s’implique également dans une diffusion de la culture au plus grand nombre, par la mise en place de conférences, de visites accompagnées et d’ateliers avec les artistes.
Lieu ouvert à tous, l'espace propose aussi un fonds d’ouvrages spécialisés en art, consultables à souhait aux heures d’ouverture.

L’Annexe, Centre d’Art des Rives
36 bis, rue de Rochepinard - 37750 Saint-Avertin
 Tel : 02 47 71 98 76 - 02 47 48 48 33

Horaires d’ouverture

De septembre à mi-mars : du vendredi au dimanche de 15h à 18h30
De mi-mars à fin août : du vendredi au dimanche de 15h à 19h

Contact programmation et administration du lieu

João Gonçalves
jgoncalves@ville-saint-avertin.fr

Contact médiateur culturel

Christophe Lalanne
clalanne@ville-saint-avertin.fr

Voir : La programmation de L’Annexe, Centre d’Art des Rives

 

 

L’ANNEXE, CENTRE D’ART DES RIVES LIEU CULTUREL D’EXCEPTION DANS LE DÉPARTEMENT

 

Elle aura vu passer des tonnes de créativités débridées, de moments de doute, d’atermoiements, d’expérimentations, de drôles de formes, de couleurs à foison, le tout sous le regard parfois amusé, admiratif ou sceptique du visiteur.
Depuis la toute première exposition de Martine Martine en 2007 jusqu’aux traits bigarrés de Dominique Spiessert l’été dernier, plus de 80 artistes sont déjà passés par L’Annexe, et certains y reviennent volontiers pour saluer le travail des autres.

« C’est un lieu qui a une vraie utilité, étant donné qu’il existe très peu d’outils de diffusion institutionnels pour les artistes dans le département », confie João Gonçalves, responsable du service des actions culturelles et programmateur du centre d’art situé au Jardin des Rives.

OUVRIR L’ART CONTEMPORAIN À UN PLUS LARGE PUBLIC
Le mélange entre artistes reconnus par leurs pairs et frais émoulus de l’École des beaux-arts a fait la spécificité de L’Annexe, qui entend décloisonner l’art contemporain, l’ouvrir à d’autres regards moins avertis. « J’aime bien voir des familles et des enfants passer là par hasard et tenter de voir ce qu’il se trame derrière les baies vitrées », raconte Christophe Lalanne, médiateur culturel à L’Annexe.
Pour João Gonçalves, « l’art contemporain suscite parfois des réactions violentes, en tout cas ça ne laisse jamais froid. Je vois L’Annexe comme un outil pédagogique qui apprend la tolérance artistique, ouvre la perception
et aiguise la curiosité. »

Les structures saint-avertinoises sont également impliquées par l’intermédiaire de l’exposition collective qui se tient chaque année au mois de mai. « Nous n’imposons rien, c’est une rencontre très enrichissante entre l’artiste, des associations comme Couleur Atelier et des établissements municipaux, souligne João Gonçalves. C’est un moment toujours très important et très fédérateur qui crée du lien social. Certains artistes ont même insisté pour que des œuvres réalisées par ces structures soient exposées dans L’Annexe au côté de leurs œuvres. » Une double reconnaissance et une fierté réciproque pour les artistes dont le travail nourrit également les visites régulières des petits du Domaine de la Petite Enfance, du Relais Assistants Maternels et de certaines classes d’écoles primaires. Christophe Lalanne y joue alors un rôle crucial d’intermédiaire pour sensibiliser les plus jeunes à l’art contemporain, avec des ateliers pratiques et pédagogiques.

UNE RÉFÉRENCE DANS LE MONDE DE L’ART
Pour les artistes, exposer à L’Annexe, c’est un vrai gage de légitimité, une reconnaissance très attendue. « C’est devenu un lieu reconnu qui les aide à obtenir certaines subventions, explique le programmateur. C’est que du bonus en termes d’estime et de motivation, c’est une richesse personnelle d’y montrer son travail. » Et c’est aussi parfois l’opportunité pour les artistes de totalement lâcher prise, de s’emparer du lieu avec une totale liberté, allant parfois jusqu’à modifier l’apparence même du bâtiment, comme ce fut le cas pour Charles Bujeau. Idem pour les résidences artistiques organisées de façon ponctuelle qui servent de laboratoire et d’exutoire pour les artistes.
Pour construire sa saison, João Gonçalves va directement voir les artistes dans leurs ateliers. Et parfois, il se fait surprendre au gré de ses rencontres. « Un homme est venu me voir directement pour me parler du travail de sa petite-fille, j’ai eu un vrai coup de cœur et j’ai réalisé ensuite que l’artiste était saint-avertinoise ! Au cours d’un rendez-vous professionnel, je suis également tombé sur les illustrations de Camille Lebègue, j’ai adoré et j’ai réussi à la convaincre de venir exposer cette année. Je fonctionne beaucoup au feeling, il n’y a pas de critère établi mais je privilégie plutôt les artistes de la région. Et j’invite chaque été un artiste international à venir exposer chez nous, ce fut notamment le cas pour le photographe portugais Vitor Paiva et le peintre serbe Mihael Milunovic qui ont ouvert encore davantage les horizons artistiques de L’Annexe. »