Au cœur de la vallée du Cher, à la croisée des routes touristiques du Val de Loire, Saint-Avertin constitue un des poumons économiques de la métropole de Tours, avec une centaine d’entreprises implantées dans deux importantes zones industrielles. C’est aussi et surtout une ville verte avec 40 % de zones naturelles, 25 km de pistes cyclables, une ville dotée d’une vie culturelle et sportive très riche et d’un patrimoine historique unique en Touraine.


La cinquième ville du département de l’Indre-et-Loire a un œil dans le rétro et un pied dans le futur, alliage de tradition et de modernité unique en son genre, comme en témoigne l’implantation d’une médiathèque ultra-moderne dans le château historique de Cangé. Résolument ancrée dans le XXIe siècle, la ville puise sa force de son passé glorieux et attractif. Dans la première moitié du siècle dernier, Saint-Avertin compte pas moins de trente restaurants, hôtels, auberges et autres cafés, sans oublier les célèbres guinguettes qui fleurissent tout au long du Cher.


A vélo, à pied ou en tramway, les Tourangeaux se pressaient tous les dimanches en direction de cette véritable cité balnéaire de 2000 habitants qu’on surnomme à l’époque « le petit Deauville » avec ses belles demeures et ses promenades vivifiantes. Pour beaucoup, c’est le lieu idéal pour venir piquer une tête, canoter, pêcher, s’aérer la tête ou danser sur les parquets. L’écrivain Jules Romains, auteur du célèbre roman « Knock », décrivait Saint-Avertin comme « la plage de Tours, où il y vivait ses plus belles vacances ».


Les pieds dans l’eau et la tête dans les étoiles, Saint-Avertin s’affirme comme une ville où il fait bon vivre, qui conjugue au futur son passé animé en honorant ses traditions de la façon la plus moderne possible.