Hommage à Jean Domec à la médiathèque Michel Serres

Photo : "Jean Domec et son oie de Guinée"
 
Jeudi 19 mai, la médiathèque Michel Serres rendait hommage au saint-avertinois Jean Domec disparu il y a eu dix ans en octobre dernier.
Après une brève introduction de l’homme, de l’ami et de l’inlassable défenseur de la cause animale et en particulier de la chèvre, Jean-Pierre Lautman céda la parole à Jean-Luc Péchinot. Celui-ci, ancien rédacteur en chef du Magazine de la Touraine, rencontra plusieurs fois à ce titre Jean Domec. Cela permit au public qui, pour l’essentiel les connaissait déjà, de mieux appréhender la personnalité de l’hôte généreux de Roidemont et ses idées si actuelles de pourfendeur de l’agriculture industrielle et de ses calamiteuses dérives. Dans la seconde partie de soirée, l’équipe de lecteurs lut des extraits d’une vingtaine d’auteurs qui évoquèrent la condition animale et que Jean Domec appréciait tels le curé Meslier ou Bernanos ou exécrait à l’exemple de Malebranche. Au chapitre de l’humour, ce court texte tiré du journal de Charles Collé, contemporain de Louis XV :
 
« On m’a dit ces jours-ci, que, pendant le supplice de Damiens qui a duré deux heures entières[1], aucune des femmes qui y étaient présentes (et il y en avait un grand nombre et des plus jolies de Paris) ne se sont retirées des fenêtres tandis que la plupart des hommes n’ont pu soutenir ce spectacle, sont rentrés dans les chambres, et que beaucoup se sont évanouis ; c’est une remarque qui a été faite généralement. Il passe aussi pour constant que la jeune madame Préandeau, la nièce de Bouret, qui avait loué des croisées, avait dit, en voyant la peine qu’on avait à écarteler ce misérable : Ah, Jésus ! les pauvres chevaux, que je les plains. »
 
[1] Rappelons que Damiens mourut écartelé entre quatre chevaux