Suppression des bourses au mérite, le maire saisit la Ministre

Photo : DR

Voici le courrier adressé par le maire de Saint-Avertin Jean-Gérard Paumier à la Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche Geneviève Fioraso et faisant suite à l'annonce de la suppression des bourses au mérite.

 

Madame la Ministre,

Je tiens à vous faire part que plusieurs bacheliers tourangeaux ayant obtenu la mention « très bien » au bac ont été choqués par l’annonce de la suppression des bourses au mérite créées en 2009 et j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir reporter ce projet.

- La suppression de cette bourse au mérite pour les bacheliers ayant eu une mention « très bien » au bac et les meilleurs élèves de licence va pénaliser les jeunes issus des milieux les plus modestes : en effet, cette bourse complémentaire de 1 800 € par an pouvant aller sur 5 ans jusqu’à 9 000 € au total représentait pour eux et leur famille un appoint appréciable, souvent indispensable et c’était une contribution réelle de l’Etat à l’égalité des chances pour tous les étudiants.

- Le calendrier de cette annonce pose problème dans la mesure où elle intervient, non pas avant, mais juste après les résultats du bac 2013, et que de nombreux bacheliers ayant obtenu la mention « très bien » comptaient légitimement sur cette aide complémentaire de l’Etat.

La grandeur de l’Etat et de notre République est d’avoir permis, au fil des générations, aux étudiants de milieu modeste d’accéder, grâce aux bourses, aux études supérieures.

La refonte du dispositif des bourses étudiantes par votre Ministère peut tout à fait s’entendre, mais elle ne peut pas se faire en catimini en période estivale.

L’argument du coût financier pour l’Etat des bourses au mérite m’interpelle quand on sait que la diminution du nombre des bénéficiaires aurait entraîné un moindre coût pour 2014. Cet argument m’interpelle d’autant plus comme maire que la réforme des rythmes scolaires va engendrer pour la commune de Saint-Avertin, à partir de septembre 2013, un surcoût de dépense publique locale correspondant environ à 2 points d’impôts locaux.

Veuillez croire, Madame la Ministre, à l’assurance de mes salutations distinguées.

Jean-Gérard PAUMIER