Saint-Avertin, solidaire des Michelins et de leurs soutiens

(Photo - Nouvelle République)


En période de montée du chômage, l’annonce brutale et unilatérale par la direction de
MICHELIN de supprimer 730 emplois à Joué-lès-Tours a créé un choc dans l’opinion.

Ce séisme est un drame humain et une catastrophe économique.

-C’est d’abord un drame humain poignant pour les salariés concernés et leurs familles, dont un grand nombre a beaucoup donné à MICHELIN et se retrouve du jour au lendemain sans possibilité de mobilité professionnelle et sans perspectives d’avenir.

Après un premier plan social de 340 emplois il y a 3 ans, ces salariés ne croient pas aux raisons invoquées au nom des impératifs de compétitivité de l’entreprise ; ils voient plutôt dans la décision de MICHELIN qui les frappe une nouvelle étape dans la mort programmée du site de Joué-lès-Tours, au nom d’une logique plus financière qu’économique.

- C’est ensuite une catastrophe économique majeure pour Joué-lès-Tours et l’agglomération, qui concerne aussi le territoire départemental et régional. Cette décision funeste aura d’ailleurs des effets en cascade sur les sous-traitants, les prestataires de l’usine et le commerce local.

A situation exceptionnelle, mobilisation exceptionnelle !

La mobilisation générale de tous les élus est indispensable aux côtés des parlementaires d’Indre-et-Loire, des Présidents de la Région, du Conseil Général, de Tour(s)plus, du Maire de Joué-lès-Tours et de son Conseil Municipal, de l’Association des Maires et des Chambres Consulaires, en concertation avec les représentants des personnels de MICHELIN.

Par cette solidarité, la voix de la Touraine sera plus forte et plus écoutée, dans l’intérêt des
salariés et de l’avenir du site, par la Direction de MICHELIN, par M. le Préfet et le Gouvernement.

- Comme Maire de Saint-Avertin et Vice-président de Tour(s)plus, je présenterai au Conseil Municipal du 19 juin une motion en ce sens.

- Comme Conseiller Général, j’appuie les premières démarches engagées par le Président Frédéric THOMAS, en concertation avec les autorités locales.
La gravité de la décision de la direction de MICHELIN, et comme le souligne lui-même, M. Frédéric THOMAS, « l’impact terrible sur notre département » justifie à mon avis pleinement une session exceptionnelle de notre assemblée ; pour cette question d’intérêt départemental majeur, la solidarité et le poids de notre assemblée conforteraient l’autorité du Président du Conseil Général dans les difficiles négociations à mener avec la Direction de MICHELIN et les Ministères concernés.

C’est pourquoi j’ai saisi ce jour M. Pierre LOUAULT, Président de mon groupe « Rassemblement Pour la Touraine » (13 membres), pour qu’il demande au Président Frédéric THOMAS, une réunion exceptionnelle de l’Assemblée Départementale, conformément à l’article 4 de notre règlement intérieur, qui stipule « le Conseil Général est également réuni à la demande du tiers de ses membres sur un ordre du jour déterminé, pour une durée qui ne peut excéder deux jours ».

Jean-Gérard PAUMIER, Maire de Saint-Avertin, Conseiller Général

Les services en ligne
Haut de page Haut de page