Albert Camus réunit du monde autour de son ouvrage inachevé

Était-ce la chaleur subitement tombée sur la Touraine ? Toujours est-il que la soirée consacrée à l’ultime ouvrage d’Albert Camus, Le Premier Homme, attira quelque cinquante personnes à l’auditorium de Cangé jeudi soir 6 juin.

Quatre voix pour servir ce roman inachevé : celles de Marie-Catherine Blanc, Odile Lautman, Martine Mazurier et Guy Rousseau. La séance commença par un court hommage à Charlotte Delbo, née comme Camus en 1913. Animateur avec son équipe de ces soirées littéraires, Jean-Pierre Lautman donna de minutieux éclairages destinés à orienter le lecteur dans cette œuvre riche, déconcertante et, quoique inachevée, beaucoup plus profonde qu’il n’y paraît. Placer le destin de l’homme Camus et celui de l’Algérie martyre sous le signe du Christ peut paraître un tant soit peu audacieux. Tel apparaît pourtant le dessein profond du prix Nobel de littérature, un dessein qui peut échapper mais reste à prendre absolument en compte si l’on veut comprendre l’écrivain algérois. Chaque participant à cette manifestation longue et courte à la fois repartit avec un cahier spécial souvenir imprimé par la Médiathèque Michel Serres.

Les services en ligne
Haut de page Haut de page