Antoine LEPERLIER

« KAIROS et CHAOS »

Exposition du 20 novembre au 10 janvier

Antoine Leperlier pense avec et à travers les propriétés intrinsèques du verre en tant que medium artistique (probablement le premier matériau de synthèse), explorant la phénoménologie brute de cette substance au point d’ouvrir ou de superposer des mondes de significations.

Il a recours essentiellement à des techniques de moulage complexes et de polissage diverses qui lui offrent d’infinies possibilités de finitions et de traitements de surface. Il en résulte un objet structuré, où se répartissent et s’équilibrent les tensions formelles entre les dimensions externes et internes de ce médium tridimensionnel qu’est le verre. L’œuvre met en évidence des jeux divers de transparence, de translucidité et d’opacité ; en suspens à l’intérieur, des voiles, des textes, et des perspectives lucides ; jeu avec la texture des surfaces polies ; concentration et réfraction de la couleur aux densités variées...

...Avec ses images de crânes humains (vanitas) et de cascades pétrifiées de fruits opaques, décolorés, le tout réuni dans un cocktail acide d’ironie amère et de perfection technique, l’œuvre de Leperlier fait référence ouvertement à l’art classique. Ici, le langage en tant qu’inscription, prend toute son importance, avec cet euphémisme « au repos » qui offre, tout en les contestants, le réconfort ou le sursis, sous les traits de la mort. Et l’expression anglaise « still life » détournée ironiquement en « still alive » reste hantée par la sombre connotation de l’expression française « nature morte ». En tant que tels, ces mots incarnent une certaine obsession lumineuse de l’idée de la mort - cette usure inévitable du temps, cette dégradation inéluctable du corps, contre lesquelles l’art, la mémoire et l’humour font acte de résistance.

Antoine Leperlier n’est pas le seul à être habité par ces questions récurrentes de la mémoire, du souvenir, de la vérité unique de l’instant, ou de la mort. Mais ce qui est peu commun chez lui, c’est l’intensité avec laquelle il investit les propriétés physiques de la matière et de cette technique si particulière qui permet à son sens de l’esthétique, à sa sensibilité prodigieusement tactile, de « prendre l’empreinte » de l’idée au moment où celle-ci prend forme...

Andrew BREWERTON
Directeur du Dartington College of Arts (UK),
et professeur honoraire des Beaux Arts à l’université de Shanghai (Chine)

Antoine LEPERLIER

Antoine LEPERLIER

Antoine LEPERLIER

Antoine LEPERLIER

Antoine LEPERLIER

Antoine LEPERLIER

Antoine LEPERLIER

Antoine LEPERLIER

Antoine LEPERLIER

Les services en ligne
Haut de page Haut de page